ITIC Paris. Talent Inside. Faites preuve de curiosité.
En savoir plus sur l'école
ITIC Paris. Talent Inside. Faites preuve de curiosité.
En savoir plus sur l'école
iStock-1094254386 (Grand) (1)

Stages au Royaume-Uni, études… quel est l’impact du Brexit pour les étudiants ?

Lorsque les Anglais se sont réveillés, le 1er février au matin, ils venaient de tourner une page de leur histoire. Alors que certains se réjouissent, d’autres ont du mal à avaler la pilule et à comprendre. Du côté des étudiants, les questions ne manquent pas, tant pour les étudiants britanniques que pour ceux qui émanent des pays européens. Essayons d’y voir plus clair...


Etudier au Royaume-Uni après le Brexit

Considérant l’éducation britannique comme une éducation de « première classe », Gavin Williamson, secrétaire d’État à l’Éducation au Royaume-Uni, a indiqué, lors d’un récent discours, que son pays compte 4 des 10 universités les plus prestigieuses au monde, ajoutant également que le Brexit ne changerait rien à l’ambition du Royaume-Uni en matière d’éducation et d’enseignement.

Il semblerait que, pour le secrétaire d’État britannique à l’éducation, Brexit ou pas, les opportunités quant à la possibilité d’étudier au Royaume-Uni restent inchangées.

Néanmoins, lorsque l’on cherche des réponses à des vraies questions sur l’impact du Brexit sur les étudiants, les choses sont encore très floues. Qu’en sera-t-il des bourses accordées aux étudiants (britanniques et étrangers) ? En quoi les programmes seront-ils affectés ? En quoi les étudiants Erasmus seront-ils affectés ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que même si le Brexit a bien eu lieu, nous sommes dans une période de transition, jusqu’au 31 décembre 2020. Et s’il règne une certaine incertitude quant au sujet des études au Royaume-Uni, cela ne signifie pas pour autant que le Brexit est synonyme de désastre pour l’éducation et l’enseignement au Royaume-Uni ! Qui sait, peut-être que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne consolidera certaines relations entre le pays et ses voisins européens et que, ensemble, les efforts continueront de se développer, mais personne ne sait vraiment à quoi s’attendre…

Faire son stage au Royaume-Uni après le Brexit

Dans le cadre du programme d’échanges estudiantins, en prenant le plus connu à titre d’exemple, le programme Erasmus, il faut savoir qu”il n’est pas nécessaire pour un pays de faire partie de l’Union européenne pour accueillir des stagiaires. La Norvège et la Turquie en sont de parfaits exemples, d’ailleurs.

Aujourd’hui, le Royaume-Uni accueille 4500 stagiaires français et se présente comme la deuxième destination favorite des étudiants, juste derrière l’Espagne. Il est prévu que, jusqu’à la fin de la période de transition, donc jusqu’au 31 décembre 2020, les droits et les accès aux bourses des étudiants britanniques et européens restent inchangés. En fonction des négociations du Royaume-Uni avec l’Union européenne, un étudiant étranger qui ne bénéficie pas d’un partenariat particulier de son école, et dans le cas où le Royaume-Uni sortirait du programme Erasmus +, l’étudiant en question devrait alors débourser plus de 20 000 euros par an pour s’octroyer des études dans l’une des meilleures universités du pays…

Pour les stages hors Erasmus au Royaume-Uni, il suffit de consulter la page du site web du gouvernement pour s’apercevoir, même avec un niveau A2 en anglais, que les choses ne sont pas encore claires et qu’il va falloir attendre pour savoir ce qu’il en sera à l’issue de la période de transition. Ah ce Brexit… presque aussi long que la série « Coronation Street », le Plus Belle la Vie outre-Manche…

Petit résumé pour mieux comprendre …

Vous n’y voyez toujours pas plus clair ? No need to panic ! Voici le résumé de ce que vous devez savoir :

  • Jusqu’au 1er janvier 2021, si vous envisagez de partir au Royaume-Uni dans le cadre du programme Erasmus +, vous n’avez aucun souci à vous faire pour le moment. Ceci vaut également pour un séjour d’études au Royaume-Uni hors Erasmus +, un stage ou encore une période de volontariat dans le cadre du Corps européen de solidarité.
    Pourquoi ? Parce que, jusqu’au 31 décembre 2021, nous sommes dans une période de transition… le temps que les négociations aient lieu…
  • Inutile de vous soucier d’obtenir un visa pour aller séjourner au Royaume-Uni. La Commission européenne a proposé une mesure permettant aux Européens de voyager outre-Manche sans visa et inversement, pendant la période de transition. Vous partez faire un stage à Bristol, à Bath, à Liverpool ou ailleurs ? La carte d’identité suffira. En revanche, si vous prévoyez de rester plus de trois mois, il vous faudra vous munir d’un passeport.
  • Vous avez obtenu ou prévoyez d’obtenir des crédits ECTS lors d’un séjour d’études au Royaume-Uni ? Bonne nouvelle: vos crédits restent valables en France.
  • Vous voulez travailler au Royaume-Uni parce que vous êtes tombé(e) amoureux(se) des fish & chips au vinaigre ? Autre bonne nouvelle: les Britanniques se sont engagés à accueillir des demandeurs d’emploi français (cela dit, pensez à manger au moins cinq fruits et légumes par jour…)
  • Vous avez d’autres questions ? Rassurez-vous: les Britanniques aussi ! Gardez un oeil sur les deux sites suivants pour rester informé(e):Erasmusplus.fret brexit.gouv.fr

SHARE THIS STORY | |